PRUDEEFF

OLYMPUS DIGITAL CAMERAPierre Gordeeff: Machinerie sonore et lumineuse  –  Matthieu Prual: Saxophones

Le duo PRUDEEFF plonge le spectateur dans une expérience unique: dans la pénombre un flash sonore projette dans la salle une ombre arachnoïde démultipliée. Le son du choc s’étend dans l’espace. C’est le début d’un parcours du regard et des oreilles dans un univers hybride, entre le machinique et l’organique. L’attention est sans cesse captivée par les mouvements au cœur de ce corps rhizomatique. A chaque action provoquée une lampe met en scène une sorte de bestiaire mécanique qui libère sons, lumières et ombres, déployant peu à peu un imaginaire fascinant. Seul face à l’imposant bric-à-brac le saxophone se joue de sa petite taille. Également mis en lumière, il glisse dans les sons de la machine et tisse avec elle une musique moderne et primitive à la fois, où l’homme et la machine se trouvent réunis dans un expression profonde et habitée.

Vidéo de Jérome Fino « Macrosessions » publiée sur artecreative, réalisée à l’Embobineuse, Marseille 2011:

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :